Suivre mon blog

vendredi 21 juin 2013

Bocas del Toro, Isla Carenero

Costa Rica et Panama

Je suis donc arrivée au Costa Rica sous une bonne grosse pluie ! Le paysage est complètement différent de ce qu'on peut voir chez ses voisins du nord. C'est très vert et... Propre ! Ici pas de détritus qui bordent les routes, pas non plus vraiment de terrains en friche. Bref c'est très beau ! Pas contre il fait froiiiiiiiid !! Le jour de mon arrivée il ne faisait que 23 petits degrés en fin de journée. Bonjour le choc thermique après les classiques 36/38° du Nicaragua !

Bon ici il y a un truc fantastique, c'est que tous les hôtels prétendent avoir de l'eau chaude, et sont effectivement généralement équipés du petit chauffe eau électrique fixé à la poire de douche mais alors ça ne marche JAMAIS ! Y a certains endroits j'ai carrément testé toutes les douches au fil des jours ben y a rien à faire. Donc quand il fait 30° + ça ne pose pas de problème, mais à 23° si !! Bref j'ai donc pris une douche glacée en grelotant comme un vilain petit canard... Pour découvrir le lendemain que les douches avec eau chaude étaient cachées au sous sol -_- bien sûr le bâtard de la réception à qui j'avais demandé de m'indiquer les douches s'était bien gardé de m'en parler. J'me disais aussi c'est chelou il peut pas y avoir une seule douche et un seul chiotte surtout que je voyais jamais personne y aller. Enfin, je ne suis pas restée bien longtemps à San José. Une journée pour faire les formalités administratives pour Cuba et ensuite départ pour les vrais trucs à voir ! Après deux nuits à San José je saute donc dans un taxi pour aller prendre un bus pour aller à La Fortuna, un village tout près d'un volcan nommé Arenal. J'avais sous estimé le trafic merdique de la ville mais j'arrive finalement 5 minutes avant l'heure de départ du bus. Ouf ! Enfin je croyais ouf... Le Costa Rica est considérablement plus développé que les autres pays d'Amérique Latine donc on y trouve des trucs inédits dans la région comme des arrêts de bus ou des compteurs dans les taxis. Bref c'est un peu à mi chemin entre le bordel habituel d'Amérique Latine et l'organisation qu'on connait chez nous. Et c'est bien là le problème. J'arrive donc à la station de bus et constate qu'il y a un guichet par compagnie, je vais donc direct à celui qui me concerne où je vois qu'une file de gens attend déjà. Le bus est dans la gare donc normalement c'est bon. Sauf que le vendeur s'est pointé genre 15 minutes plus tard (et pour avoir eu le temps de l'observer après c'était un gros glandeur il allait et venait selon l'envie), sauf que du coup ben le bus s'était cassé entre temps -_- sympa, d'autant plus que c'était le dernier bus de la journée pour cette destination. Du coup, comme je devais aller à un autre endroit proche d'Arenal par la suite, j'ai inversé mon trajet et pris un billet pour Monteverde. Après 2h d'attente dans la gare, je monte dans le bus qui n'a rien à voir avec les boîtes de conserves qu'on peut se taper ailleurs (généralement dans les autres pays les bus locaux sont d'anciens bus scolaires américains), c'était un bus Mercedes ! MERCEDES !! Sièges bien moelleux, pas 3 personnes là où il y a la place d'en mettre 2, bref le luxe :D

Étant donné le côté un peu improvisé de la journée, je ne savais pas du tout où j'allais atterrir pour la nuit. Le guide étant comme toujours approximatif je ne savais non plus où je serais larguée par le bus, ce qui ne me préoccupait pas plus que ça jusqu'à ce que je constate que la nuit tombait et qu'on arrivait toujours pas. Par chance en général dans les hôtels ou backpackers il y a toujours un panneau avec des pubs pour d'autres hôtels donc j'avais un nom en tête : le Sloth Backpacker. Sloth veut dire paresseux, c'est dire si on était destinés avec cet hôtel (destinéééééés, on était tous les deux destinéééééééés). Et là en chemin, j'essayais de guetter l'extérieur mais c'était très sombre, quand tout à coup m'apparaît un panneau Sloth Backpacker ! J'étais en gros stress je ne savais que faire parce que bon le panneau c'était au milieu de nulle part, dans une zone sans éclairage public, mais d'un côté je ne connaissais que cet endroit. Et le problème au Costa Rica c'est que la note peut monter très vite dans les hôtels ! Bon mais prudence étant mère de sûreté je suis restée dans le bus, et gros coup de bol, la meuf du Sloth Backpacker était venue racoler à la sortie du bus \o/ une fille super sympa du nom de Yorle et qui nous a même montré un vrai paresseux sauvage en chemin ! Ici aussi je me suis caillée les miches ! Monteverde est une zone assez en altitude et connue pour sa forêt nuageuse donc froid 200%, humidité 300%. Le village en lui même n'a rien de spécial et on en a fait le tour en 15 minutes c'est tout rikiki, l'intérêt c'est d'aller faire un tour dans les réserves du coin. C'était joli mais humide /o/ il a plu tout le long, mais la forêt est bien entretenue et j'ai eu le droit à un écureuil suicidaire qui est tombé du ciel juste devant moi avant de s'enfuir en courant. On a aussi vu un coyote sur le trajet en minibus bref c'est vraiment pas difficile de voir plein de petits zanimaux, et comme j'adore les zanimaux <3 Le lendemain j'ai fait une sortie nocturne avec un guide (parce que c'était pas trop cher car ici les sorties sont hors de prix !!) c'était sympa mais pas incroyable non plus... En fait voyager trop longtemps d'un coup c'est mal, on est blasé de tout :P parce que bon, scorpion, tarentule, oiseau du Nicaragua (dont j'ai oublié le nom) tout ça c'était du déjà vu. Enfin du coup j'me sentais archi savante à côté du mec qui a confondu des bananiers avec des cannes à sucre (très fort celui là faut dire, je pense qu'il avait jamais dû voir ni l'un ni l'autre) et la meuf qui s'est vénère devant un caféier parce que elle comprenait pas d'où venait le café... Mouahaha. On a quand même vu des porcupines (je ne sais pas le nom en français, enfin ça veut dire porc épic mais c'était pas un comme ceux qu'on connait, celui la il grimpait aux arbres) de loin et d'autres paresseux dont une maman avec son bébé. On a pas vu de grenouille à mon grand regret et c'est pas faute d'avoir cherché !

Après ce petit séjour à Monteverde, je suis finalement partie pour Arenal. Géographiquement les deux endroits ne sont pas éloignés. Il y a deux options pour se rendre de l'un à l'autre 1/ prendre un taxi jusqu'au lac Arenal, puis un bateau, puis re un taxi (cheeeeer) 2/ prendre deux bus différents et faire tout le tour du lac (pas cheeeeeer). C'est bien sûr plus long mais ça ne prend pas non plus 9h comme on me l'avait dit. Le changement climatique est aussi bien violent ! Il fait très chaud à La Fortuna et il y a peu de vent. J'avais pour projet d'aller me baigner dans les sources chaudes, une des attractions du coin, mais franchement j'en avais des suées rien que d'y penser vu la chaleur qu'il faisait déjà ! Le volcan est vraiment très beau car son cône est encore quasi intacte du fait de sa relative jeunesse. Sur un des cotés c'est tout noir à cause des coulées de lave et de l'autre tout boisé. J'avoue ne pas avoir fait grand chose là bas, pour la simple et bonne raison que des cascades, des volcans, des forêts, je commence un peu à en avoir vu des tonnes ! Je suis passée en mode mémère et il ne faut pas plus qu'un hamac pour m'inciter à ne rien faire de la journée. Et à l'hôtel où j'étais, il y avait des hamacs :x j'ai hésité quant à la suite du programme et finalement j'ai décidé d'aller directement à Cahuita, sur la côte Caraïbe et tout proche de la frontière panaméenne.

Cahuita est vraiment le petit village tranquillou des caraïbes. Ambiance rasta, pas trop de touristes, des plages sympas (même si je vais pas me baigner c'est toujours joli à voir). Et surtout le gros avantage de Cahuita c'est que le village est collé à un parc national. De mon hôtel à l'entrée du parc il devait y avoir 100m à tout casser. Ce parc est plutôt chouette, il est en bord de mer et on peut y voir pas mal de choses si on est un peu patient et qu'on aime la faune comme moi. Par exemple j'ai bien aimé les grosses files de fourmis en train de transporter des gros morceaux de feuilles ou de creuser leur fourmilière, les jolis crabes avec du bleu sous les yeux, les vautours et bien sûr le meilleur : les singes ! Ils sont vraiment faciles à voir et pas peureux du tout. En fait ils en ont même carrément rien à foutre de votre présence. Du coup j'ai pu en approcher un d'assez près, à quelques mètres à peine. La faune sous marine est apparemment aussi très chouette mais 60$ la sortie snorkeling faut pas pousser... Je suis ensuite allée voir l'autre point de chute du coin, Puerto Viejo. Aaaaah mais c'est donc là qu'ils étaient cachés tous les ricains !! Ça grouille, rien à voir avec Cahuita qui est si tranquille. La plage du village est franchement laide. Elle est minuscule et le sable est moche, le succès du lieu est sûrement dû au fait que plus loin le long de la route on peut trouver quelques plages sympas (enfin c'est pas la folie non plus mais bon). Le village en lui même est un gros nid à touriste où on trouve surtout des hôtels, restaurants et bars. La grande activité, c'est de louer un vélo et de partir pour les autres plages dont je parlais. J'ai donc fait comme tout le monde et suis partie pour une petite balade de 16km (c'était plat ça va). La fameuse Playa Cocles (Georges j'ai trop pensé à toi haha) est d'une banalité sans nom, j'ai largement préféré le côté balade à vélo sur chemin forestier que les plages qui n'ont vraiment rien de spécial. Après quelques jours à séjourner ici, je me suis finalement mise en route pour le Panama.

La frontière est très proche, moins d'une heure de bus et m'y voilà déjà. C'est une drôle de frontière, elle est délimitée par un fleuve et du coup il faut passer un pont à pied, seulement le pont n'a pas été fait pour les piétons mais pour les trains à la base ! Du coup des planches ont vaguement été rajoutées mais on passe bien sur les rails. Ce jour là j'avais décidé d'aller à Bocas del Toro. Un archipel assez proche de la côte. Et effectivement le trajet en bateau ne dure pas plus de 20 minutes avant de finalement poser le pied sur Isla Colon. Ici aussi l'ambiance est très surfeur américain, pas qu'ils soient méchants mais ils m'agacent parfois. On a l'impression qu'ils se sentent chez eux et la plupart sont incapables d'aligner deux mots en espagnol du coup tout le monde te parle en anglais c'est chiant. Un des trucs cool à Bocas c'est que la plongée est très bon marché ! Pour 70$ j'ai pu faire 2 plongées bien que seule inscrite à la sortie, le matériel était neuf et l'équipe très sympa, c'était vraiment d'excellentes conditions. Et contrairement à ce que j'avais lu sur le net la visibilité n'était pas si médiocre. J'ai vu une raie enfouie sous le sable, un hippocampe, des coraux avec de belles couleurs verte, violette, orange et rouge et une des deux plongées se faisait autour d'une épave. Je ne sais pas pourquoi mais il y avait un gogue sur le pont du bateau... Et la faïence était très bien conservée ! C'est rigolo de voir la végétation s'emparer de ce gros morceau de métal. Y avait aussi des poissons téméraires qui venait exprès devant mon masque, à 20 centimètres à peu près. J'ai également été faire un tour sur l'île juste en face qui s'appelle Isla Carenero. Elle est toute petite et on en fait le tout en 1h. Malgré la proximité (elle doit être maximum à 500m de l'île principale), l'ambiance est totalement différente ici ! Le village ici est beaucoup plus modeste et reçoit beaucoup moins de touristes, c'est donc très calme et j'y ai croisé assez peu de touristes. Les plages sont accessibles rapidement, plutôt désertes et la température de l'eau idéale. Tout le monde m'avait dit qu'on pouvait faire le tour de l'île et j'avais regardé sur Google maps il y avait bien en sentier qui faisait le tour de l'ile. Cependant j'avais le pressentiment qu'il y aurait un passage merdique où je serais bloquée... Et ça n'a pas loupé ! À la pointe de l'île je suis arrivée devant une barrière de fil de barbelés. Comme elle était soulevée à un endroit, je me suis dit qu'il fallait sûrement passer pour continuer. La plage continuait un peu puis faisait place à une forêt bien dense. Bon après environ 1 minute de galère dans la forêt j'en ai conclus que c'était sûrement pas par là. C'était vraiment impossible de progresser et en plus je me mangeais plein de fils de toile d'araignée, j'en ai même aperçu une que j'étais bien contente de pas avoir dérangée parce qu'elle était assez fat ! Bref je suis revenue sur mes pas et j'ai donc suivi la barrière de barbelés. En tong bien sur ! Car les galères dans la forêt c'est toujours mieux en tong. Je me suis prise je sais pas combien de branche et je n'arrêtais pas de glisser car mes tongs étaient mouillées... Je monte donc une pente et une fois en haut m'aperçois qu'il faut redescendre, sauf que le sol est très boueux et que le seul truc auquel je peux potentiellement me rattraper c'est les barbelés. J'ai craint le mauvais réflexe... Que j'ai eu mais que j'ai réussi à réprimer à temps (et sans tomber ! Tadam \o/). J'arrive finalement en bas et là bonheur ! Mer en vue ! Je vais pouvoir reprendre ma marche côtière peinard... Mais avant cela une dernière épreuve. La pelouse qui me sépare de la plage est inondé mais vraiment en mode marécage. Du coup je me dis bon je longe la flaque et ça va le faire. Je commence donc quand tout à coup : SPLASH ! Et là bien sur c'est le moment de panique façon "naaaan par où?! PAR OUUUUUU?!?!" Donc après avoir été un peu n'importe où j'ai fini par trouver une issue (pour ceux qui se disent "ah la stupide il suffisait de reculer!" J'y ai pensé figurez vous mais la réalité technique de mes tongs m'empêchait ce mouvement sans risque de perte) et rejoint la plage, les jambes dégueulasses et pleines de boue mais sans trous dans les mains et avec mes deux tongs ! Et là, de ce côté là tout le long de la côte, des enooooormes baraques (je suppose qu'elles appartiennent à des étrangers). Tout le long je me disais que j'en voulais une comme ça quand je serai vieille et en fait une fois la dernière passée on arrive directement dans le village (il doit y avait 30m entre les deux) et là ça m'a foutu un peu mal. Le contraste était saisissant entre les grosses maisons en beau bois verni, sur deux étages, d'une surface facilement supérieure à 200m2 et les petites maisons sur pilotis, aux planches de bois irrégulières, ni peintes ni vernies et en tôle. C'était surréaliste.

Après Bocas me voilà maintenant à David, une des plus grandes villes du pays mais pour moi ça fait ville rurale ! Pas d'attrait particulier et la ville est très petite. Demain départ pour Boquete, dans la montagne (où selon mon chauffeur de taxi d'hier il fait froid, 25°!), apparemment un endroit sympa pour se balader.

mercredi 5 juin 2013

Nicaragua

Après un court séjour au Salvador (pendant lequel on m'a vidé une dent pour la première fois de ma vie, c'était horrible) qui m'a permis de revoir de vieilles connaissances, je me suis rendue à Managua, la capitale du Nicaragua pour y retrouver mes deux sœurs qui arrivaient le même jour.

Après un long trajet en bus j'arrive donc à l'hôtel et demande à quelle heure doit partir le taxi de l'hotel pour aller chercher les frangines (pour ceux qui ne les connaissent pas je clarifie de suite Lola est ma petite soeur et Jany ma grande soeur) à l'aéroport. La buse de réceptionniste (90$ la nuit et pas être capable de savoir compter l'heure correctement, je veux bien qu'il y ait aucun lien de corrélation mais ça agace quand même !) me dit qu'il faut limite partir dans l'instant car leur avion arrive à 18h40. Il est 17h15 à ce moment là. Je lui demande si j'ai au moins le temps de prendre une douche et là elle me dit "ah 18h40... Oui oui prenez une douche et après venez à la réception" en deux secondes je suis passée en mode tornado. Vous voyez comme Taz le diable de Tasmanie qui se met à tournoyer sur lui même, ben moi c'était pareil en mode déshabillage et allumage de la climatisation (oui 35° dans la chambre à peu près) et je file sous la douche. En 15 minutes top chrono j'étais lavée, même les cheveux, habillée et prête à la réception et là la meuf me dit oui oui le chauffeur va arriver attendez ici. Et j'attends encore et encore pendant genre 20-30 minutes. Du coup je commençais à stresser vu que juste avant ça avait l'air d'être urgent de partir... En fait cette connasse s'est trompée d'une heure, l'aéroport était genre à 20 minutes de voiture -_- bon enfin on finit par partir, on arrive bien à l'avance à l'aéroport et là... Le vol a 1h de retard : faiiiiil /o/ Blasée j'étais. En plus j'étais impatiente de les retrouver alors c'était vraiment chiant. Finalement elles sont sorties (en dernière comme par hasard, en plus j'ai dû supporter un groupe de gourdes à côté de moi qui attendait une fille qu'elles n'avaient pas vu depuis longtemps... À chaque fois qu'une meuf sortait elles s'exclamait "Es ella! Es ella!... Ah no es ella." Et après elles gloussaient comme des connes. J'avais vraiment envie de les agresser, parce que quand je dis qu'elles faisaient ça à CHAQUE fois qu'une fille sortait, c'était vraiment à chaque fois... Passons), retrouvailles, mélange de sueur... Un grand moment. On est donc retournées à l'hôtel où personne n'a fait de vieux os.

Le lendemain après le petit déjeuner nous avons voulu profiter de la piscine avant de s'en aller. Dans la piscine flottait tout un tas de... Particules non identifiées. Bref il valait mieux pas boire la tasse. Du coup nous n'y sommes pas restées longtemps et on est parties un peu en ville pour visiter quelques trucs avant de partir de Managua. Bon c'était très nul et une grosse perte de temps. En plus on s'est faites escroquer par les taxis et le restaurant, comme on venait d'arriver on était pas encore très au fait des tarifs. On a visité le Palais National je crois où il y avait 2/3 trucs tous pourris et un mec qui nous a suivi tout le long de la visite pour allumer les lumières dans les pièces au fur et à mesure... Très étranges ces petits nicaraguayens. Enfin finalement on s'est dit que ça ne servait à rien de rester là et après avoir récupéré nos bagages à l'hôtel nous sommes allées prendre un bus pour Granada.

Granada est une ville assez sympa. Style colonial, toute colorée et il y fait très chaud ! En moyenne 35°, donc on déambule trèèèèès tranquillement... Enfin il a fallu que je suive quand même le rythme soutenu des frangines qui n'ont pas eu le temps de s'habituer à prendre le temps pour tout... En deux semaines en même temps pas facile. Tout proche de Granada se trouve le volcan Mombacho, nous avons donc été nous balader dans ce sympathique parc d'où on a eu de très belles vues sur le cratère du volcan, les isletas qui sont de petites îles formées par le volcan dans le lac Nicaragua qui se trouve juste au pied dudit volcan, et également une très jolie vue sur la campagne environnante et notamment la lagune d'apoyo qui est vraiment un lieu magique (mieux que Disney \o/), mais nous y reviendrons plus tard. Ce qui était un peu dommage à Mombacho c'est qu'il y avait un parcours facile d'une heure et demi et après deux parcours hard core avec guide obligatoire. Du coup on a fait le facile mais c'était un peu court, en plus l'avantage c'est que comme on était en hauteur il y faisait bien frais, c'était vraiment agréable même pour marcher. On est donc descendues en bas du volcan pour une folle session d'acrobranche (enfin il n'y avait que des tyroliennes en fait) sous la coupe de deux moniteurs complètement tarés dont un qui aimait vraiment bien Lola... Parées de nos baudriers et casques (le mien un Hannah Montana avec revêtement en jean et strass, heureuse j'étais) nous nous lançons ! Eh bien je peux vous dire qu'on l'a fait dans toutes les positions (je parle de la tyrolienne bien sur) : la tête en bas, en "superman" et même en mode grappe toutes les trois ensemble. C'était très amusant ! Même Jany qui avait peur au début a fini par prendre son pied. Les soirées à Granada étaient vraiment super sympa car il y avait une rue animée genre la rue des touristes mais c'était quand même chouette. Que des restaurants, des bars et pas mal d'animations de rue pour lesquelles il faut sortir le porte monnaie au chaque fois mais bon certains shows valaient le coup. Alors que nous dégustions nos délicieuses chimichangas (sorte de petits burritos, une tuerie!) un petit groupe de gamins déguisés de poupées géantes est venue nous faire des petites danses c'était à mourir de rire. Y en avait un qui tournait sur lui même comme une toupie sans jamais s'arrêter -sauf quelques fois quand il finissait par être étourdit-, un autre qui narrait une histoire à laquelle on comprenait rien et le dernier était dans une espèce grande marionnette de deux mètres. C'était à mourir de rire car quand celui là remuait ses épaules ça équivalait à remuer les fesses de la poupée. Imaginez donc une poupée géante qui remue ses fesses comme Shakira, un petit avec un baril en fer qui tournait sans arrêt sur lui même, un autre qui narrait un truc incompréhensible à toute vitesse et le dernier qui tapait sur son tambour ! Ça faisait un peu théâtre guignol on était pliées, c'était vraiment n'importe quoi. C'est aussi ici que Lola a rencontré le premier homme de sa vie (oui premier car elle a vraiment un très grand cœur...) : Alberto. Alberto a 10 ans, donc oui Lola est un Marc Dutroux en puissance il faut le savoir, et il vend des fleurs ou autres objets fabriqués par pliages avec des espèces de grandes et longues herbes séchées. Alors quand Alberto a offert gracieusement une fleur a Lola, ce fut le coup de foudre ! Le problème c'est qu'Alberto n'est pas le seul à vendre ces petites choses. Ils sont tout un groupe de gamin à errer dans cette rue pour essayer de ramasser quelques sous. Donc pour faire bref, Lola est tombée amoureuse de tous les enfants de la rue à peu près. Plus tard dans la soirée, une petite troupe de danseurs est également venu faire son show à notre niveau de la rue. Là Lola a rencontré le deuxième homme de sa vie : Moïse. Un danseur certes charmant et doué (il sait faire du pole dance sur les lampadaires et se débrouille bien sur Thriller), mais qui s'auto affublait d'un affreux bonnet rouge et qui lâchait pas un sourire. Anyway, pour notre deuxième jour à Granada nous nous sommes baladées en ville pour voir les églises et... Les églises. Oui c'est un peu le problème des villes coloniales à part les églises et les couvents il y a pas grand chose. Enfin on a aussi fait un tour chez un fabricant de cigare c'était assez rigolo, Lola et Jany ont même pu fabriquer leur propre cigare ! En attendant que le cigare soit pressé on a pu prendre la pose avec un gros perroquet, un peu flippant avec ses grosses griffes. Tu te dis s'il s'énerve il peut te crever un œil quoi ! Mais bon tout s'est bien passé, on a récupéré les cigares et nous sommes parties. Quelques églises sont sympas, notamment celle où on peut monter jusqu'au clocher d'où on a de belles vues sur la ville et les alentours. On a même assisté à un sonnage de cloche en direct live.

Après ce sympathique séjour à Granada nous sommes descendues vers l'île d'Ometepe sur le lac Nicaragua. Après un petit trajet en bus nous avions le choix entre une lancha et un ferry. "La lancha!" s'écria Jany. Lola et moi n'étions pas contre, bien au contraire, alors nous voilà parties sur ce bateau en bois. Il y avait pas mal de vent et de bonnes vagues faisait tanguer le bateau. Au bout d'environ une minute trente, on se retourne vers Jany qui était déjà blanche comme un linge et qui ne pouvait plus parler. Cette histoire a fini en gerboulade et on a donc fait une pause à l'arrivée du bateau histoire de manger un bout et de se remettre de toutes ces émotions. Encore une fois on s'est faites avoir par le guide... Non mais sérieusement j'ai envie de créer un blog qui s'appellerait "Les plus grosses crari et myto des guides touristiques" y a des endroits on se dit c'est impossible ils n'y ont jamais mis les pieds... Voilà ce que dit le guide sur l'endroit où on a été :"Une plage luxuriante où le vent est doux près de la réserve de Charco Verde. L'eau y verte. Agréable pour se baigner, faire du kayak ou se promener. Il s'agit d'un lieu calme et envoûtant." on est arrivées déjà l'endroit était complètement isolé il n'y avait absolument rien autour, l'eau n'était pas du tout verte elle était... Marron? Grise? Un truc comme ça mais pas vert émeraude ça c'est sûr ! Les filles s'y sont baignées, enfin ont tenté, le fond était tout vaseux donc même pas possible d'aller nager. Bref endroit horrible et on était apparemment les seules clientes de l'hotel. Nous ne sommes restées qu'une nuit sur l'île ce qui a un peu constitué le raté du voyage car au final on a perdu deux jours dans les transports pour pas grand chose. Pour le retour à la terre ferme on a bien sûr choisi le ferry cette fois, où il y avait une télé qui diffusait des clips. On a pas pensé à shazamer la chanson et c'est bien dommage mais ce n'était que des clips des années 80 dont un d'une espèce de femme ou trans' black avec une énorme tignasse et des habits totalement improbables comme seuls les 80's en ont subi. On s'est payé un gros fou rire !

Nous nous sommes ensuite rendues à Masaya. Bon ce qu'il faut savoir c'est que mes sœurs sont en kit, donc tout le long y en avait toujours une de plus ou moins malade. À Masaya nous voulions visiter les Pueblos Blancos, mais Lola se sentant tel un caca (car le caca ne sortait pas justement ! Eh !) nous sommes finalement restées en ville. Après l'avoir fait pleurer pendant 1h non stop devant Hôtel Rwanda, nous avons fait une pause pour aller nous balader au marché, a priori seul intérêt de la ville. Il y deux marchés, le premier d'artisanat spécial touristes avec prix touristes eux aussi (ça ressemblait un peu à celui d'Antigua, en plus la moitié des trucs étaient selon moi importés du Guatemala, sauf qu'il y avait brodé Nicaragua en gros dessus. Un peu comme si tu allais acheter un pc portable et que quelqu'un avait dessiné une grosse pomme au feutre et te dise que c'est un Mac) et il y a le marché municipal, le vrai marché d'Amérique centrale avec la bonne viande à 40°, les fruits sous un nuage de mouche etc mais aussi de l'artisanat à des prix plus corrects. Après s'être un peu perdues on a finalement retrouvé notre chemin et sommes aller déguster un énooooorme jus de fruit sur la place centrale. Ils étaient vraiment délicieux et en plus il y avait des espèces de chaises et tables géantes auxquelles on devait grimper comme à une échelle. Très fun ! On est ensuite rentrées regarder la fin d'hôtel Rwanda où Lola a encore pleuré trois litres. En fait c'en était même drôle parce que c'était un peu en mode, un personnage regardait l'autre d'un air désespéré et disait :"écoute Paul..." Et là déjà Lola se remettait à pleurer en disant des trucs "oh non mais pas les enfants ! Non mais ils ont pas tué les enfants quand même !!" Avec des sanglots dans la voix alors qu'il ne s'était encore rien passé :P une fontaine humaine quoi hihi ! Enfin passons, le lendemain comme on mourait vraiment trop de chaud dans cette ville on a cherché à aller à la piscine. Il y en avait bien une à laquelle nous avons décidé de nous rendre comme des grosses touristes serviettes sous le bras. Bon il faut savoir que les nicaraguayens c'est des gros chauds... Pires que les blédards de la rue de Paris à Montreuil quoi ! Donc y avait genre 15 minutes de marche ben 15 minutes à se faire siffler tous les trois pas, par toutes les voitures qui passaient etc. Enfin on arrive finalement à la piscine, on rentre et là, tous les regards se braquent sur nous. Il n'y avait que des hommes bien sûr en dehors de deux ados qui jouaient dans la piscine, tout habillées bien sûr, pas de baignade en maillot pour les filles. Petit malaiiiise on a fait genre d'aller boire un verre au bar on osait même plus aller se baigner. Finalement on finit par se lancer en gardant quand même nos hauts. C'était tellement lourd qu'on est restées genre 15 minutes avant de repartir.

Masaya n'ayant pas vraiment d'attrait on est parties ensuite à la lagune d'apoyo, qui était assez proche en bus et dont les levers de lune (oui je ne savais pas non plus que ça existait) sont -selon le guide...- à tomber. On a évidemment pas vu de lever de lune puisque ça ne fonctionne qu'à la pleine lune donc une fois toutes les trois semaines. Mais l'endroit était joli quand même donc on a pas regretté du tout, l'hotel était tenu par des français très sympas et nous étions vraiment en bordure du lac avec des canoës à disposition. On a donc pu nager et faire du canoë tranquillement. Il y avait un ponton dans l'eau d'où Lola a pu se la péter à faire des plongeons en se prenant pour Ariel. Mais elle a presque les cheveux rouges donc bon :P Jany a voulu faire sa meuf en faisant bronzette pendant 20 minutes... Ce qui lui a valu 3 jours de coup de soleil sur le ventre et les cuisses... Ce qui a valu un arrêt de mort pour mon dernier tube de biafine. On a pas fait grand chose là bas, c'était vraiment farniente et baignade. Enfin il a quand même fallu retourner à Masaya une journée car comme le marché était sous des tôles, on agonisait tellement la dernière fois qu'on y avait rien acheté. Du coup rebelotasse, petit tour au marché. Pour les derniers jours de vacances on avait prévu d'aller dans les paradisiaques Corn Island. Deux petites îles au large dans la mer caraïbe et peuplées par de sympathiques rastaquouères.

Retour donc à Managua pour prendre l'avion jusqu'à là bas. L'avion est farci de ricains, dont une nana (et là je passe en mode salope parisienne, sorry on se refait pas) que nous avons immédiatement surnommée la grosse berna (grosse berna d'ailleurs devenu un terme générique). Cette fille n'était pas juste moche, n'était pas juste fat, n'avait pas juste un look de merde. C'était les trois à la fois mais en plus elle était complètement informe, un vrai poteau mais fat. La pauvre, bref il s'est avéré que la grosse berna s'est rendue avec tous ses copains sur la même île que nous, Little Corn Island. Du coup on la recroisait tout le temps car l'île est toute petite. Enfin Little Corn Island est très sympa (Jany a encore failli mourir dans le bateau de Big Corn Island à Little), comme elle est encore plus isolée que l'autre il n'y a pas de voiture ni même de moto. Quelques vélos et des charrettes pour transporter les objets lourds mais c'est tout. Ici tout va tranquillement. On rencontre aussi toujours les même personnes ce qui fait qu'en 3 jours on connaissait déjà quelques habitants. Le premier qu'on a rencontré c'était Clifford. Clifford c'est un peu de le poète de l'île, rastas fines, bonnet aux couleurs de la Jamaïque agrémenté d'une fleur. Le poetic lover quoi. Le lendemain on a rencontré Wyvon (ou Wyson j'ai déjà oublié oups) le businessman de l'ile qui démarche à tour de bras pour vendre son excursion snorkeling et qui nous invite par la même occasion à la fête qu'il organise pour son anniversaire. Au passage il s'est fait casser des œufs sur la tête toute la journée, tradition locale d'anniversaire (ça donne des idées...). Le soir même à l'anniversaire, nous avons fait la connaissance de Charley, un très charmant garçon avec des bras très musclés rrrr. On apprendra plus tard que c'est en fait le Captain Charley car c'est lui qui conduit le bateau de Wyvon pour les excursions. Cette soirée d'anniversaire fut bien animée, le début était un peu nul, mais ça s'est poursuivi au bar où s'est improvisé un véritable concours de bras de fer à notre table. Charley ayant fanfaronné en disant qu'il pouvait battre n'importe qui sur cette île. Bon too bad pour lui le premier touriste qui est passé l'a battu. Mais du coup après c'était devenu le challenge de battre le mec qui avait battu Charley. Finalement c'est un mec qui reluquait Lola depuis un moment qui a battu le touriste et Jany a battu un chinois (trop forte ma sœur !). Après cette folle partie, la fête devait continuer dans l'hotel voisin du notre, nous y allons donc mais là Clifford et Charley ont voulu nous montrer le carré VIP du restaurant de l'hotel... Comment te dire Charley tu es fort mignon mais je donne pas dans le plan à 4 avec ma sœur, sorry ! Bon la fin de soirée c'était un peu n'importe quoi, en plus Lola était un peu bourrée et voulait montrer qu'elle était aussi forte qu'un mec en portant des gars sur son dos... Sauf que sans le vouloir elle a fait une espèce de prise de judo à Charley et l'a fait tombé du coup il était vexé haha. Du coup il n'y avait plus que Clifford qui nous tapait la discute en tapant des phases de drague à Lola sur la lune et les étoiles... Le poetic lover quoi. À part ça il n'y a pas grand chose à faire sur l'île à part profiter des eaux transparentes des caraïbes, faire des billards à l'hôtel et lézarder au soleil. C'est vraiment l'endroit tranquilou par excellence. Puis vint le temps du retour sur Managua pour que mes sœurs prennent leur vol international le lendemain. Je pense qu'on a atterri dans un des pires hôtels du monde. Le mec était complètement surexcité et voulait nous caser dans deux lits simples avec pour seul argument "mais si ça rentre!" Non mais ta mère aussi elle rentre, elle dort avec nous du coup? Bref tant bien que mal on a réussi à avoir un lit double et un lit simple dans ce qui semblait être la chambre de... Quelqu'un de la famille. Le quartier était horrible, on a rasé les murs pour aller manger dans le seul truc du coin où un clochard s'est fait tabasser devant nos yeux par un gardien un peu énervé. Bref c'était un peu l'angoisse cet endroit. Le lendemain matin après le départ de mes sœurettes (snif)... J'ai pris un bus direction Léon, une des villes qui était dans notre programme à la base mais qu'on a squeezé pour la lagune d'apoyo.

Les filles n'ayez pas de regrets. Léon est une ville plus "à vivre" que Granada. Je veux dire que Granada c'est vraiment la ville coloniale cliché très colorée etc Léon est plus vieille mais à part les églises qui sont dans l'ensemble plutôt intéressantes, la ville n'a pas de charme particulier. Je m'y suis peu baladée de toute façon bien que j'y sois restée une semaine. Truc cool il y avait un cinéma... Où j'ai passé la pire séance de ma vie. Salle remplie d'adolescents qui n'était là que pour discuter et se jeter des popcorns et des glaçons à la gueule -.- cela va sans dire que j'ai été une victime collatérale de ces tirs ! Enfin j'ai pas reçu de glaçon heureusement parce que là par contre j'en aurais dégommé un. Le film était tout pourri en plus. Bref le ciné me manque, donc j'espère qu'il y aura des sorties sympas à mon retour ! J'ai donc végété à Léon, un peu déprimée du départ de mes sœurs, je voulais voir d'autres choses au Nicaragua mais en fait c'était notre pays à toutes les trois alors je n'arrivais à rien faire. Du coup je suis retournée deux jours à Granada avant de finalement partir au Costa Rica où je suis arrivée le 27 mai. Et la différence est frappante ! Le Nicaragua est très chaud et sec, et on avait pas passé la frontière depuis deux heures qu'on orage de brute s'est abattu sur nous bloquant carrément la route tellement il y avait des branches cassées. Du coup le pays est vraiment très vert par rapport aux autres plus au nord, ça porte bien son nom de la Suisse d'Amérique Centrale... Mais je vous en parlerai plus au prochain article.

lundi 13 mai 2013

Guatemala

Je suis arrivée au Guatemala le 1er avril. Le voyage depuis les États Unis s'est passé nickel, et la transition froid-chaud aussi !

Après ma première nuit dans la capitale j'ai foncé direct vers Antigua, qui est l'ancienne capitale du Guatemala et donc une toute petite ville composée exclusivement d'édifices coloniaux de toutes les couleurs. On y dénombre aussi moult couvents et églises certains en ruines dû aux tremblements de terre qui sévissent dans la région, et d'autres un peu mieux conservés. La ville est également entourée de volcan, dont le plus emblématique le volcan de Agua, dessine un chouette panorama grâce à sa belle forme conique. L'ascension de volcan la plus pratiquée est celle du volcan Pacaya car assez facile et on peut y voir des coulées de lave en fusion vu que le volcan est toujours actif. Du coup après un ou deux jours de glandette et de balade dans la ville j'ai décidé de tenter cette excursion. Pas de bol je suis tombée sur une agence de merde qui m'a foutu un lapin deux fois de suite et qui étaient limite saoulés quand je leur ai demandé de me rembourser... Ah y en a qui ont honte de rien franchement ! J'ai finalement fait l'ascension avec une autre agence et l'organisation était très bien. Bon en revanche j'ai cru que j'allais canner pendant l'ascension... Je ne sais pas pourquoi mais chaque fois qu'on faisait des pauses j'avais envie de vomir et super mal à la tête. J'ai cru que j'allais tomber dans les pommes ! On est finalement arrivés en haut où on a pu se prélasser dans un trou-sauna naturel et faire fondre des chamallows à la vapeur du volcan \o/ malheureusement c'était très nuageux donc on ne voyait pas grand chose et il n'y avait pas de coulée de lave car soit disant il y avait eu de l'activité la semaine passée et du coup ça s'était arrêté... J'ai pas compris le rapport mais bon. Donc c'était peut être juste une disquette et en fait y en a quasiment jamais de coulées. On ne le saura jamais !

Après ça je me suis dirigée vers le lac Atitlan, lac formé par l'explosion d'un énorme volcan il y a de ça fort fort longtemps. Le lac est toujours entouré de volcan ce qui lui donne une classe folle (comme dirait Rocky en parlant d'Adrienne mouaha !). Sur les bords du lac sont disséminés des villages dont la population est pour la plupart indienne. On reconnaît facilement les indiens pure souche, déjà ils sont presque tous plus petits que moi (mecs inclus) et ont la peau très mate. Comme je n'avais pas trop envie de rester dans la ville ultra touristique de Panajachel, j'ai pris une lancha pour me rendre jusqu'au village de Santiago Atitlan de l'autre côté du lac. Bon les villes et villages ici sont généralement très moches (hormis les villes coloniales), par exemple les armatures en métal des maisons ne sont pas coupées au niveau des toits ce qui fait que souvent au dessus des boutiques ou habitations y a de grandes tiges qui sortent et qui ne sont pas du plus bel effet (oui nos sens de l'esthétique européenne sont agressés on peut le dire !). L'hôtel où j'étais était vraiment merdique, les draps étaient tellement douteux que j'ai préféré dormir en boule sur le dessus de lit... Autant vous dire que je me suis vite cassée le lendemain. D'autant plus qu'à part sa situation géographique (pile entre deux volcans) le village n'a pas grand chose à offrir. On peut aussi y voir le Maximon (prononcez matchimone), une espèce d'idole locale, un personnage en bois qui fume et boit et à qui il faut faire des offrandes quotidiennement. Comme il change de maison régulièrement des enfants se proposent (enfin vous harcèlent) pour vous montrer le chemin en échange de quelques deniers. Finalement j'ai trouvé que le village n'était pas super accueillant et très ambiance attrape touriste. Il faut dire que la plupart n'y reste que quelques heures à l'occasion d'une excursion depuis Panajachel. Je suis donc partie le lendemain pour un autre village, San Pedro Atitlan, colonisé par les hippies que je ne porte pas spécialement dans mon cœur mais bon l'ambiance était plus détendue du coup et il y avait pas mal de bars et restos sympas comparé à Santiago où à 19h les rues étaient désertes et les dernières épiceries fermaient. J'ai profité de mon séjour à San Pedro pour me recouper les cheveux, Brenda la coiffeuse était enchantée de me raser les cheveux haha une expérience inédite pour elle je pense ! Je me suis un peu baladée dans le village, mais comme dans le précédent il n'y avait pas grand chose à voir. Il y avait un marché mais j'avoue que je suis pas fan de ces marchés. En général c'est super crade, ça pue et tu achètes rien tellement les conditions d'hygiène sont à des années lumières de ce qu'on connait. Et pourtant je chipote pas trop en général mais là c'était vraiment too much ! Mes plans pour la suite étaient de continuer à monter dans l'altiplano mais j'ai fait un gros cacafouillage qui m'a fait perdre du temps et j'ai un peu fait un n'importe quoi. J'ai rejoint Solola car il devait s'y tenir un marché sympa le lendemain mais 1/ la ville est franchement déprimante 2/ j'ai jamais trouvé le fucking marché. Du coup j'ai passé une journée là bas, y a un soit disant musée dans lequel y a quelques peintures et photos mais sans légendes, et le temps était tellement nuageux qu'on ne voyait pas du tout le lac. C'est d'ailleurs ce qui m'a fait revoir mes plans. Je me suis dit à quoi bon aller dans des endroits où de toute façon il y a rien d'autre à faire que des ascensions de volcans sachant que j'étais en mode décès lors de ma première ascension et qu'en plus de toute façon avec ce ciel bouché ça valait pas vraiment le coup.

Du coup j'ai laissé tomber cette partie du pays et j'ai pris un shuttle direct pour Copan, un site maya réputé juste à la frontière du Honduras. Sauf qu'il n'y avait pas de trajet direct de dispo ce jour là, il a donc fallu que je retourne d'abord à Antigua pour reprendre un autre minibus le lendemain à... 4h du matin \o/ c'est d'ailleurs la première fois que j'ai eu peur en voiture ici. Bon c'est de notoriété publique qu'ils roulent comme des psychopathes et que le code de la route à part se torcher le cul avec ça ne sert à rien. Je m'explique : limitation de vitesse, ça n'existe pas. Doubler quelqu'un, par la droite, par la gauche, dans les virages en montagne, sur une ligne blanche, sur une voie à double sens, peu importe. Priorité, osef. Bon mais ça c'est la base on s'y habitue, sauf que là déjà il y avait des relents d'alcool qui émanaient soit du chauffeur soit de l'autre meuf qui était dans le bus, le mec roulait à 600 à l'heure, en pleine nuit. Bref y avait bien moyen de crever ! Enfin par miracle on est arrivés en un seul morceau à la frontière. Truc assez horrible on était passé de la fraîcheur des hauteurs à la chaleur tropicale étouffante. Du coup j'ai visité Copan la tête dans le cul et affamé... Pas top sous la chaleur. Le site est intéressant car le style artistique qui y avait été développé était vraiment unique mais bon ça ne vaut pas Tikal mon chouchou :P et surtout les honduriens m'ont saoulé, pourtant j'y suis resté que quelques heures mais c'est un peu des vénères les cocos. Je comptais rester mais finalement y avait vraiment aucun intérêt à le faire du coup je suis repartie aussi sec et après 36 bus différents et horribles je suis arrivée à Quirigua. Ça m'a bien pris 4 ou 5 heures pour faire Copan - Quirigua, regardez la distance sur une carte vous allez rire... Ça faisait longtemps en tout cas que j'avais pas autant apprécié une douche froide ! J'étais en mode alléluia sous la douche, c'était merveilleux tellement il faisait chaud et que j'avais transpiré et mangé de la poussière toute la journée.

À Quirigua il y a un petit site maya dont la particularité cette fois ci sont les impressionnantes stèles. En effet certaines d'entre elles atteignent 10 mètres de haut, le reste est vraiment modeste. Et c'est dommage car comme dans beaucoup de sites on devine d'autres vestiges sous la végétation ou la terre. Du coup j'ai décidé que si je gagne au loto je finance la restauration de tous les sites mayas du Guatemala. Mais bon comme je ne joue pas c'est pas pour demain. Le village de Quirigua est assez sympa car en retrait de la route principale et pas vraiment touristique. J'aime bien c'est petit village de campagne quoi. Bon par conte j'ai eu une horrible mésaventure avec un pain ce qui m'a valu un soir de jeun. En arrivant je suis partie en quête de nourriture dans le village mais bon il n'y avait pas de resto ni rien du coup j'ai cherché un truc à grailler dans une épicerie et y avait des petits pains comme des brioches. Parfait ! En plus me reste du nutella des states, nickel. Je rentre donc à l'hôtel avec les ptits pains et au moment de manger le premier je constate une petite ombre sur le pain. J'ai cru à un petit bout moisi, du coup je l'enlève et là qu'est ce que je vois pas derrière le bout que j'avais enlevé : un ptit cafard \o/ VIVANT !!! Horrible du coup j'ai jeté le pain bien sûr et ça m'a coupé l'appétit.

Après la visite des ruines je suis partie vers Rio Dulce, qui est sur la route en continuant vers le nord du Guatemala. Rio Dulce est le fleuve qui part du lac Izabal et qui rejoint la côté Caraïbe. Pas mal de villages et d'hôtels se sont installés sur ses rives et c'est vraiment un cadre qui invite au glandage ultime. Franchement t'es presque obligé ! Y a des hamacs, de la musique, des boissons fraîches, des ptits animaux et le fleuve. Ma seule activité a été de faire un petit tour en barque sur le fleuve avec une touriste américaine qui me faisait des espèces d'avances chelous mais en même temps me faisait comprendre qu'elle était hétéro... Bref un peu bizarre mais en dehors du fait qu'elle voulait m'inciter à nager à poil dans le fleuve elle était sympa ! Par contre du coup j'ai failli tomber malade à cause de cette fucking baignade. Je crois que j'ai de l'eau qui est restée coincée dans mes oreilles et du coup avec le combo boule quies - ventilateur je me suis réveillée au milieu de la nuit vraiment pas bien. Au matin ça allait mieux mais pas la fête non plus, et je devais partir pour Livingston, une ville juste à l'embouchure du fleuve supposément habitée par les Garifunas : un peuple d'anciens esclaves africains qui seraient venus s'installer là. Bon ben dommage mais limite le seul black que j'ai vu c'est celui qui a voulu me vendre de la beuh à ma descente du bateau \o/ sauf qu'à ce moment là avec la chaleur et tout j'avais l'impression que j'allais crever c'était horrible. Du coup je me suis fait de l'auto médication : un jour de hamac, renouvelable si l'amélioration n'était pas assez conséquente. L'hôtel que j'ai choisi était vraiment pas cher mais les guides faut qu'ils arrêtent de faire genre et qu'ils créent une catégorie "pas bien mais pas cher" au lieu de mettre des trucs de merde dans "bien et pas cher". Le lit était merdique, la chambre c'était un four et y avait un mec qui se baladait en serviette du matin au soir (genre serviette bien pourrie toute fine comme dans les hammam) et en plus il avait vraiment des chicos tous tordus. Bon mais ça c'était pas de la faute de l'hôtel mais j'avoue j'avais toujours peur que sa serviette de merde se détache là ! Horrible. Après mes deux jours d'hibernation hamacale ça allait mieux. Du coup je me suis motivée à sortir un peu dans la ville, le problème c'est que c'était dimanche et donc c'était morte plaine. En fait le truc c'est que de ce côté du pays il y avait l'air d'y avoir des randonnées sympas à faire mais franchement par cette chaleur j'en aurais jamais réchappé ! Du coup comme il n'y avait rien de spécial à faire et que l'hôtel était pourri je me suis dit que ça servait vraiment à rien de rester là et je suis repartie en arrière sur le fleuve mais je me suis arrêtée dans un affluent du fleuve où il y avait un hôtel appelé Finca Tatin (comme la tarte, j'ai salivé tout le séjour !). C'est un hôtel composé de bungalows, situé sur les rives du fleuve, en plein dans la forêt. Et en plus... Y avait une salle remplie de HAMAAAAAACS !!! Donc j'ai continué à faire ma chaussette ce qui avait le double avantage de coller à ma lazy attitude et de me faire faire des économies gnéhéhé. Bon ça va que les bestioles ne me dérangent pas trop mais j'ai quand même vu une cucaracha sortir de mon sac le premier matin et une araignée velue de la taille de la paume de ma main se promener sur mon sac le deuxième jour. J'ai lu Chronique d'une Mort Annoncée parce qu'il traînait dans les étagères de la salle commune mais j'ai pas trop aimé, la fin est trop stupide. Puis il a bien fallu partir de cet endroit merveilleux (snif), le trajet en bateau était vraiment super beau, on se serait cru dans Jurassic Park ! Surtout quand le fleuve devient plus étroit et que les falaises qui le bordent s'élèvent c'est vraiment impressionnant. En plus c'est l'habitat de nombreux oiseaux donc ça agrémente l'endroit de voir les grues, cormorans et pélicans voler par là.

Une fois à Rio Dulce j'ai dû prendre un bus pour remonter jusqu'à Santa Elena dans le nord d'où j'ai pris un minibus pour atteindre El Remate. Bon je crois que c'était le bus le plus horrible de ma vie. Et plus jamais je ne reprendrai cette compagnie : Fuente del Norte SA RACE ! Le bus arrive et le gars me dit "vas y monte" sauf que j'arrive devant la porte et l'escalier est plein de monde, du coup j'me dis ben j'vais les laisser descendre, sauf qu'ils bougeaient pas. Et le mec me redit de monter et dit aux deux assis au premier rang de dégager pour que je m'asseye moi et un autre vieux. Et en fait le bus était blindé mais de la mort ! Pourtant c'était genre une vraie compagnie mais c'était du gros n'importe quoi. Et je sentais des trucs sur mes pieds mais comme on était tout serrés je pensais que c'était les lanières de mon sac à dos qui touchaient mes orteils... À la fin j'ai pu bouger et voir... Les ptits cafards qui se baladaient. Fuente del Norte never again. Je suis arrivée le soir à El Remate j'étais lessivée. Mais j'étais ravie de retrouver mon amie qui habite là bas. J'ai passé une petite semaine avec elle à ne pas faire grand chose sinon aller la voir à son boulot dans un des hôtels du coin et taper la discute puisque de toute façon y avait quasiment aucun touriste. Je voulais visiter un site maya de la région que je ne connaissais pas encore mais il s'est avéré que pour s'y rendre c'était une vrai expédition de deux jours de rando dans la forêt et avec le cagnar qu'il faisait j'ai renoncé. Ce fut donc relax au bord du lac Peten. J'avais aussi pour projet de visiter d'autres sites mayas du côté de Sayaxche mais tout seul ça revenait vraiment cher car il fallait prendre des bateaux etc bref un peu compliqué alors je suis plutôt descendue directement vers Lanquin et Semuc Champey.

Les 20 km qui séparent le parc de Semuc Champey de la route principale sont franchement horribles et infaisables sans 4x4 mais ça vaut vraiment la peine, car c'est certainement un des plus beaux endroits du pays, vraiment magnifique. À l'entrée du parc il y a une grotte qu'on peut visiter. On y va à la bougie et à l'intérieur il faut nager pas mal car il y a beaucoup d'eau et parfois c'est assez profond. C'était vraiment chouette de crapahuter dedans en mode aventurier et le guide était très sympa, même si je doute que nous ayons été à 600km de profondeur comme il me l'a soutenu mordicus... Ou alors on ne s'est pas compris, mais bon j'ai pas voulu l'offenser en le faisant passer pour un stupide alors j'ai rien dit. Après ça on a fait un peu de tubing dans le fleuve c'était trop cool ! En gros tu cales tes fesses dans une grosse bouée et tu te laisses porter par le courant, y avait des minis rapides c'était super fun. Après ça j'ai été dans le parc de Semuc Champey et c'était tout simplement magnifique. En fait à cet endroit le fleuve Cahabon plonge sous terre pour ressortir quelques centaines de mètres plus loin du coup c'est assez impressionnant l'endroit où il disparaît sous terre dans un gros fracas. Mais le plus beau c'est que sur la longueur où le fleuve est sous terrain, ce sont formées des pozas. C'est comme des piscines naturelles d'une eau super claire et très fraîche. Un régal pour les yeux, et pour la baignade ! Les sentiers du parc sont assez sympas donc on peut y faire de jolis balades, notamment le long du fleuve. Je suis ensuite partie pour Lanquin, qui est un petit village à 10km de là, également bordé par un fleuve ou l'on peut se baigner ou bien hamaquer tranquillement en attendant que le temps passe. J'ai également fait une rencontre un peu incongrue la nuit venue. Je me couche et en tirant sur les draps, que vois je sortir? Eh bien un petit scorpion d'une douzaine de centimètres ! En plus après l'avoir dégagé d'un coup d'iPad impossible de retrouver sa trace. J'ai un peu dormi recroquevillée sur moi même ce soir là...

Enfin ma dernière étape avant de retourner à Antigua était la réserve du Biotope du Quetzal. Le guide ne donnait pas beaucoup d'infos mais comme c'est à peu près le seul endroit du pays où on peut voir le sacro saint quetzal je me suis dit pourquoi pas même si j'étais persuadée que je n'en verrais pas. En fait je pense que les guides ne voyagent pas en mode routard et qu'ils ont des guides et chauffeurs privés parce que franchement cet endroit c'était tellement paumé et galère d'en repartir que jamais ils auraient conseillé à quelqu'un d'y aller en transport en commun. Donc je suis partie de Coban en bus, bus qui m'a largué à l'entrée de la réserve elle même située au milieu de nulle part dans la jungle. Enfin en gros y a une route qui traverse la forêt et les montagnes mais il n'y avait pas de village ou même d'habitation. Y avait un pauvre hôtel en face et un comedor deux pas plus loin et c'est tout. Tout le reste c'était de la forêt. Pas du tout flippant ! J'ai donc passé la nuit là et le matin tôt j'ai été visité la réserve. Bon ben... C'est de la forêt quoi. C'était sympa mais sans plus ça valait pas trop la peine de se prendre la tête à y aller. D'autant plus que pour en repartir du coup j'ai dû prendre le même genre de bus qui m'avait déposé là la veille, c'est à dire des bus qui font la liaison Coban - Guatemala Ciudad et qui du coup arrivent déjà blindés là où j'étais. Ce fut donc parti pour une heure de route debout, avec moins de 30cm2 d'espace pour mes pieds, une pauvre barre au plafond pour se tenir, et le chauffeur qui accélérait à balle dans les virages de la route de montagne qu'on se tapait. Ben croyez moi ça vaut toutes les salles de sport ! Heureusement des gens sont descendus à un arrêt et j'ai pu m'asseoir pour la fin du voyage, d'ailleurs ils ont tous eut pitié de moi et en sortant du bus ils commentaient "ay pobrecita" haha !

J'ai fini par quelques jours de plus à Antigua avant de partir pour le Salvador, puis le Nicaragua deux jours plus tard.

mardi 30 avril 2013

mercredi 10 avril 2013

Philadelphie, Rocky et Pâques

Liberty Hall

Voilà la dernière des trois villes qui étaient au programme de ce petit gringo tour. Pourquoi Philadelphie... Mais pour la saga Rocky bien sûr ! Oui j'aime bien choisir les endroits où je vais par ce genre de détail. Un peu comme quand j'ai été à Trujillo au Pérou parce que c'est le nom du bassiste de Metallica. Au final c'était bien et j'ai jamais vu un aussi énorme pot de pop corn de ma vie, en deux films à deux on en était pas venu à bout ! Mais bon je m'égare. Donc Philadelphie, une bien mignonnette petite ville en vérité. Mon auberge était dans la vieille ville, quartier assez sympa, plutôt animé et proche des tous les grands lieux historiques. Bon mais les lieux historiques c'est bien gentil mais dans la vie il y a des priorités. A savoir mon pèlerinage stallonien. J'ai donc marché jusqu'aux célèbres marches que Rocky gravit lors des deux premiers films pour son entraînement de super champion de boxe ! Bon on se calme, j'ai pas couru comme lui jusqu'au sommet, pour arriver toute suintante et essoufflée non merci. Mais y avait des gens motivés qui le faisaient pour finir leur jogging en bonne et due forme. J'étais bien motivée à aller au musée d'art qui se trouve en haut des dites marches mais 16$ le tarif étudiant j'ai envie de dire calmons nous les amis ! Donc je n'y ai pas été et je suis plutôt descendue en bas voir LA statue de Rocky, oui la vraie celle du 3 qui est en haut des marches dans le film, celle où Rocky se fait défier par Mister T aka Clubber Lang, celle où Rocky jette son casque de moto parce qu'il est vénère que Mickey soit mort (mais non pas la souris, son entraîneur !), celle où Rocky... Bon ok je m'arrête (de toute façon c'était les deux seuls passages où on la voit). Enfin bref ZE symbole d'un Rocky aimé par sa ville natale Philadelphie ! Et de la réussite du courage, de l'amour - Roooh oui bon d'accord j'arrête ! Bon enfin j'étais très contente de mon petit pèlerinage Rockysien. Enfin y a quand même 2/3 vautours là autour de la statue qui te sautent limite dessus pour te proposer de te prendre en photo avec (c'est limite si ils t'arrachent pas ton appareil), et après te sortent la mascarade du "je suis sans abri..." Euh dude, t'es mieux sapé que moi ça se passe comment ? Bon enfin de toute façon je me doutais que le mec se jetait pas sur la moindre personne qui approchait par charité... Par contre ce que j'avais pas prévu c'est que j'avais plus de billets de 1 dodo arf ! Les États Unis c'est bien le pays où faut toujours avoir du change. Bon ben je lui ai filé 5$, j'étais bien trop contente d'avoir vu la statue pour me laisser parasiter par une si minime perte financière. Je suis donc retournée vers le centre ville. Tout le long de la grande avenue qui va des marches à City Hall, il y avait tous les drapeaux du monde. J'avoue avoir essayer de repérer si y avait le drapeau cubain mais je l'ai pas vu... Enfin je les ai pas vérifiés un à un non plus. Y avait bien le notre c'est tout ce qui compte \o/ dans la ville il y aussi plein de sculptures un peu partout dont la -apparemment célèbre parce que depuis je l'ai vu dans plusieurs trucs- sculpture Love qui est d'ailleurs à l'extrémité opposé des marches. Oui je sais c'est pas très clair mais c'est pas grave, faites semblant de visualiser... En gros quand tu regardes la sculpture Love, au loin dans le fond y a les marches de Rocky et le musée. J'ai bien aimé leur méga city hall, un peu comme la mairie de Montreuil mais en plus beau quoi. Un peu plus beau... Bon ok carrément plus classe. Mais ça c'est encore la faute des communistes aussi qu'on se paye cette hideuse mairie ! Tain ceux là j'te jure... Bon toujours est il que moi, j'aime la briquette, alors j'ai été me promener dans la vieille ville et j'ai été servie ! J'adore, c'est comme dans les fiiiiiilms :D pis y a un p'tit côté British dans ces maisons mitoyennes, avec la petite porte, les petites marches. Oui dis comme ça ça sonne comme n'importe quelle maison. Vous n'aurez qu'à vous référez aux photos prochainement sur Facebook. Bref les américains ils ont dis non aux taxes, mais pas aux maisons en briquettes ! Dans un petit parc des enfants s'entraînaient au baseball, mais ils étaient trop nuls alors je suis partie. Nan faut être sérieux 5 minutes, déjà le baseball c'est relou mais alors quand en plus c'est des momignards manchots sur le terrain je dis non. Par contre j'ai vu un truc très flippant et pas naturel juste après. Franchement c'était digne d'un décor de Sleepy Hollow ou autre film glauque. Bon vous voyez des fois en ville, autour des arbres tous fins sur les trottoirs y a comme une grille circulaire qui fait le tour du tronc. Ben là l'arbre avait grossi et absorbé/muté avec la grille ! Ah c'était archi bizarre, on savait pas trop si c'était l'arbre qui vomissait la grille ou la grille qui se faisait violée par l'arbre. Enfin ça a l'air de rien dit comme ça mais ça m'a presque mise mal à l'aise... Les arbres c'est gentil normalement :'/ bon enfin voilà après cette première journée passée à écouter Eye of the Tiger, il fallait que je rattrape le niveau le lendemain. Donc je suis allée voir le petit musée dédié à la Liberty Bell (en écoutant Streets of Philadelphia). Petit musée c'est peu de le dire ils se sont pas foulés et pourtant ils en peuvent plus de leur corps de la cloche. Pour résumer cette cloche était celle qui était dans Liberty Hall (le bâtiment où a été signée la déclaration d'indépendance) et donc la cloche a sonné (entre autres choses parce que bon c'est un peu le but d'une cloche de sonner...) l'appel pour rassembler les gens pour la première lecture publique de la déclaration d'indépendance. Bon, personnellement j'ai pas compris l'engouement. Ok c'est symbolique tout ça tout ça, mais ça reste une cloche quoi. Nan mais parce qu'après la cloche c'est limite si elle a pas été déifiée ! Elle a fait des tournées dans le pays, les gens se pressaient dans les rues pour la voir. Y a même une vidéo où un mec tend son bébé au vigile de la cloche pour que son bébé puisse la toucher ! Christine Boutin forçant le barrage des Champs c'était rien comparé à l'hystérie de la cloche (hehe non j'en sais rien c'était juste rappeler sa connerie). Bon enfin bref surkiffage de la cloche et le musée se torche en quoi 15/20 minutes... Et encore parce que j'ai lu plusieurs panneaux et regardé un bout de film. La plupart des gens ils vont direct voir la cloche et ils se cassent. Bon voilà la cloche quoi avec un message sur la liberté gravé dessus bla bla bla. C'est un peu obsessionnel chez eux, on a l'impression qu'ils étaient sous le joug d'un tyran monstrueux avant... Fin je sais pas les anglais ont l'air de l'avoir bien vécu. Puis je ne connais pas bien l'histoire mais si ils se sont rebellés parce qu'on leur a demandé des taxes, ben c'est qu'avant, on leur en demandait pas. Donc ça va en fait. Bon passons ! Après ça j'ai été à Liberty Hall, alors ça c'est le summum de l'indépendance américaine, le top moumoute quoi ! Faut d'ailleurs prendre son ticket tôt le matin à l'office de tourisme car sinon c'est fichu, à 10h30 c'est sold out. Pire que les Stones ! C'est marrant car c'est un tout petit édifice comparé au reste, mais à l'époque c'était de la bombe. Donc après un petit cours d'histoire (où d'ailleurs le mec a plaisanté en disant que les américains n'ont pas changé ils aiment toujours pas les taxes, comme quoi je vanne mais même eux l'admettent que c'est des pinces à linge!), on a donc visité le bâtiment. Bon comme c'est rikiki c'était vite fait, d'abord on voit la salle où il y a eu la première lecture publique de la déclaration d'indépendance et ensuite la salle où elle a été faite. Honnêtement ça m'a pas vraiment ému (mais je ne suis pas américaine) mais y avait un papi avec son petit fils il était au bord de la transe (le papi hein, le mioche il devait avoir 5 ans si ça s'trouve il captait même pas de quoi il s'agissait). Après ces deux salles on est montés à l'étage où il y avait quelques babioles et voilà fini ! Ça a duré 30 minutes. Bon d'un côté c'est vraiment petit donc c'est sur qu'on y passerait pas des heures mais pour un monument de cette ampleur (enfin d'après eux) c'est un peu léger. Il y a pas mal d'autres bâtiments anciens et de musées dans la ville mais je me suis contentée de me balader en ville.

Après ces deux jours il était temps de rentrer à Pittsburgh chez Alyssa, pile poil à temps pour Pâques et la chasse au chocolat ! Comme je suis très bien élevée, pour les remercier de leur hospitalité j'ai invité Alyssa et sa famille au restaurant où j'ai commandé des pâtes bolognaises. Et qu'y avait il dans ces pâtes? Du fromage ! (dans la sauce carrément, même pas par dessus ! Oui ces petits américains ils ont de la bonne volonté mais encore beaucoup de choses à apprendre) Mais bon je suis bien élevée alors j'ai rien dit, mais merde c'est pas compliqué, tomate, carotte, viande hachée, même de l'oignon j'aurais cautionné puisqu'il est censé y en avoir, mais fromage? Pourquoi?! Enfin passons sur ce fâcheux événement. Le lendemain, rebelotte pour la messe mais dans une ambiance bien différente. En fait c'est pas si chiant que ça la messe, enfin y a des passages un peu relous mais bon, c'est mignon. C'est un peu le monde des bisounours quoi (ou des ours bisous comme dirait Christine... Boutin hein, pas toi tatie !). Puis bon le curé m'a béni moi et mon voyage donc c'est toujours ça de pris, ça ne peut pas faire de mal. Bon c'était quand même plus calme que chez les africains méthodistes, mais ! On a eu le droit au corps du Christ ainsi qu'à son sang. Bon j'avoue j'étais un peu en panique de faire une bêtise, mais en fait ça s'est bien passé haha ! En fait j'ai trouvé ça assez sympa le côté communauté, bon après le truc de répondre au prêtre là ça fait un peu secte mais chacun son truc. Toujours est il que le meilleur restait à venir, la chaaaaaasse ! Sauf qu'un événement inattendu est venu modifier nos plans. Je vais pas rentrer dans le détail du potin mais on a dû aller secourir une Mamie en détresse affective. Elle était énervée parce que sa famille la calculait jamais et qu'ils avaient changés les plans pour le dimanche de pâques trois fois et jusqu'à la dernière minute. Alors la mamie à la fin elle a dit fuck off, j'vais passer pâques toute seule à mcdo bande d'enfoirés (j'en rajoute mais le truc du mcdo c'est vrai). Du coup on l'a cherché sur les parkings du mcdo du coin et finalement elle était chez elle. On y est donc allées et on a passé une heure avec elle. J'ai eu le droit à un super coup de pression sur la religion d'ailleurs, je sais même pas comment on en est venues là mais elle a commencé à me demander si j'étais chrétienne, en d'autres circonstances j'aurais pu mentir avec aisance histoire de m'en débarrasser, mais là j'avais tout fait sans rien dire (et ça m'avait pas dérangé puisqu'on m'avait posé aucune question, que j'étais pas chez moi et que dans le fond y avait rien de bien méchant). Les prières à table avant de manger, la messe, alors j'avais pas envie de faire genre juste pour lui faire plaisir à la vieille ! Déjà elle m'avait delay mon chocolate time alors hein ! Mais d'un autre côté elle avait un ton vraiment impérieux, j'me disais si je dis non je vais m'en prendre une ou me faire mettre à la porte, ou alors elle va faire une attaque d'avoir une mécréante sous son toit ! Bref du coup je suis restée sur la posture du "euuuuuh" interminable qui peut laisser croire que je ne comprends pas la question haha, une posture très consensuelle finalement - qui a dit lâche?! -. Alyssa a essayé de voler à mon secours en éludant un peu la question et en disant qu'en France les gens étaient plus très pratiquants mais y avait rien à faire l'autre elle me tenait à la gorge comme un pitbull avec sa question là ! Bon finalement elle a dû comprendre qu'il y avait un malaise et après m'avoir dit grosso modo que si je reconnaissais pas Jésus comme mon sauveur c'était mort pour ma gueule dans la vie éternelle ("et l'éternité c'est long" a-t-elle ajouté, ce à quoi j'ai acquiescé, ça va je prenais pas trop de risque) elle m'a donné un petit livret de propagande et m'a dit de bien y réfléchir. Après ça on est rentrées et j'ai eu droit à mon easter basket, même si c'est moins drôle car le panier entier était caché, pas chaque œuf individuellement. Enfin il était rempli de bonnes choses c'est le principal ! La maman d'Alyssa m'avait même pris des haribos rien que pour moi :D on a donc dégusté tout ça devant les derniers épisodes de Terra Nova... Et après il a fallu que je fasse mon sac. Chose qui ne m'avait pas manqué DU TOUT pendant ces trois semaines... (Alyssa m'avait prête une petite valise à roulette pour mes dix jours seule) Oui parce que j'en parle jamais, et je l'aime beaucoup mon petit (énorme) sac, c'est comme ma maison, mon point de repère, mais qu'est ce que c'est chiant à faire tout le temps ! Si je reste 3 jours dans un endroit il faut presque que je refasse tout ce qui me prend une heure pour tout bien mettre ! J'en peux plus, je veux une commode, des tiroirs, la sédentarité me maaaanque !

Enfin voilà, fin du dernier volet des USA. Finalement je m'en suis pas si mal sortie malgré cet effacement malheureux ! Prochain épisode, Guatemala.